edgar sarin

L'Un

 

" L'agencement fait d'un ongle radieux la profusion et l'avertissement sépultures : le plérôlogisme. "

 

 

L'Un - 2015

Encre de chine sur livret industriel

Les Éditions Rayonnantes

33cm x 25cm

Calligraphié en vingt-quatre exemplaires originaux

 

 

Extraits

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Un

 

Quand méprisant de l’un, coup de dés en l’audience

L’emploi et l’abondance à jamais diverti

Ou quand bien même lancé dans des circonstances

Eternelles, souscrites; vibrant à l’abri.

 

Du fond d’un naufrage en l’oeil gauche éteint,

L’Un soit brisée d’étain, son de primaire époque

Que l’inanition en la poche déteint

Et l’Abîme - voir en l’isotope la cloque.

 

Feu blanchi, notre sacre en la croix - terre adulte

Contusion létale un complexe Haut de sang,

De cet amas furieux, qu’emprisonne le culte

N’en retiens que sous : une inclinaison. Tant

 

Que droit l’homme assouvi plane désespéré

En l’empire coudé d’un saut d’aile engourdi

S'entremêle et contemple la sienne vieillie

Cette fraction d'éther, aux fins prime emparées,

 

Sombre, avance, d’un mal à redresser le vol

Quand s’échappèrent et, couvrant les jaillissements,

L’astreinte, coupant au ras les bonds, le col,

Très à l'intérieur : résumés, ossements.

 

L’ombre enfouie dans la profondeur par cette voile,

L'Ambre sale affermie jusqu’adapter le roc,

Vers l'attrait se livrant à l’Envergure - étoile

Béante - profondeur en tant que la coque.

 

L’acropole sertie d’un bâtiment bipale,

Où tôt perdu, penché de l’un ou l’autre bord

Et qui, mais, recherchant pour le Maître l’opale

Surgi en la vaine et l’excave - Erre Nord;

 

Diaphane, le dogme inférant notre sciène,

Dressée vers l’arcade cette conflagration,

Elle veille à n’en rapporter que sédition,

Pour tant, brûle, retient - comme on menace, saine.

 

Si l’unique nombre qui ne peut asservir

La morsure onde et reine, noeud dont l’encre hésite

Aux fins; le cadavre par le bras servirent

Plutôt qu’il ne vainc, de l’étroit ne suscite

 

Que de jouer le droit à la prime saillie

Dont l'escorte ou la vie en maniaque chenu,

Incarnent le flanc, la moitié, la partie,

Quand l’incarnat nouvelle est, au nom des flots tus,

 

Une appellation rare, sordide un décret

Dent duquel s’étire un naufrage; cela

Ne culminerait hors d’anciens calculs ; craie

Où la manoeuvre avec l’âge oublié se noie.

 

Jadis il empoignait la barre ou se bouscule

A ses pieds déployés la détente et l’aveu

L’emploi de l’horizon tel unanime enjeu

Préparé aux cohortes l’anode bascule.

 

Que l’Un s’agite et mêle aux victoires l’opprobre,

L’oraison au poing qui l’étreindrait depuis

Et l’enfant, un destin, et les vents ; langue sobre

Où se pensent être un autre démasque l'appui.

 

Esprit neuf, animal; mainte génuflexion,

Étendons l'œil hué pour le jeter hier

A l’envoi dans la tempête qu’à l'élection,

En reployer la division et passer fier.

 

Ecarté du secret qu’il détient, n’articule

Il n’envahit, le chef haut des nuits décoré

Coule en barbe soumise et l’Arythmie recule

Aux directs de l’homme lent tant dédoré;

 

Car sans nef sans loi sans dit sans commise,

N’importe le teint qu’ils furent usés de boire

Où vains, l’imprécieux et le crayeux déboire

Ancestralement à n’ouvrir pas la main brisent.

 

L’un virgule, crispée pour n’avoir pris au roi

Par-delà l’inutile tête parachève

Ce legs en la disparition de l’orfroi

A quelqu’unique choix que la tumeur arpège.

 

Saint Ambigu le prêche et souvent alité

L'ultérieur démon, immémorial indus

Ayant, alors au sein, en la moitié porté

Qualifié de contrées nulles et assidues.

 

De ses contours induit, seul et lent, danse fort,

Le vieillard et, vers cette suprême élixir

Celui dont la main, amoureux, serre fort,

Son ombre puérile et son servant désir.

 

Caressée et polie et rendue et lavée

Assouplie par la vague et soustraite aux éclats

L’Un pluriel aux durs os perdus entre les jais

Vit pourtant, parmi né le sépulcre et la joie.

 

Par le ton l’occuper d’un ébat repenti

La mer par l’aïeul tentant ou l’aïeul contre

Une chance oiseuse, de l’âme apprentie

Dépeint, ou salivant, les fiançailles. Montre

 

L’impair dont font un creux ceux que chassent les sens

Le voile d’illusion, rejaillir leur hantise

Ainsi que le fantôme, d’un geste précise

La plaie qui souvent chancellera l’essence.

 

Ni cet homme privé des vents s’affalera

Et, quelconque, son doigt apprêtant sa folie

De l’horizon l’encre noire n’abolira

La couture de son âme droit comme si.

 

Le solide léger, d'une insinuation

Au silence, ne tremble et craignant l’ample dais,

Au-dedans quelque proche; puissante ascension

A la voix au voltige en la forme élaguée.

 

Simple fane notre ombre le plat existant

Tant Enroulée avec, l'ironie culmine

Au galbe de l'hymne ou penchant hésitant,

Depuis l'an il prétend Grand le mystère affine.

 

Précipité à l'aube d'un ciel, angle droit

Comme hurlé telle, fièvre ou diamant hachuré

Tourbillon d'hilarité et d'horreurs jurés

Si pour autour du gouffre construire son détroit.

 

Sans le joncher, vermine aidée, contre-valeur

Prenez garant certain de ne vaincre ni fuir

Car en berce le vierge indice ou la lueur

Comme si telle tâche lançait tôt l'empire.

 

La plume solitaire éperdue, c’est échec

De mille lieux reclus apprend de scène sauf

Que la rencontre où l'effleure un minuit avec

Et l’immobilise quand le jaspe réchauffe.

 

Au velours chiffonnée par d'esclaffement sombre

Cette blancheur rigide en l'arme est le soupir,

Dérisoire vaccin que de part en part ombre

L'opposition au ciel qu'il ne sait détenir.

 

( à trop vouloir ternir la moitié d'un décombre)

 

Pour ne pas marquer, or vain, la peau de ses larmes,

Exiguëment versées de son front douve et froid,

Que quiconque entendrait entre ces ciels parmes ;

Prince amer de l'écueil lorsque un deuil feint étroit

 

L’Un s'en coiffe comme de l'héroïque teinte

Irrésistible mais contenu de son goût,

Par sa petite raison virile au dégoût

Que transformeront le roi en la foudre éteinte.

 

Si soucieux, ils ne virent qu'au choix : un déluge

Expiatoire et pubère, pourtant regrette

Penchait-elle vers l'avant, muet, inifuge

Son sein; la lucide et seigneuriale aigrette.

 

De ce silence droit, le front invisible

Scintille au dessein la confusion locale

Calomnie l'endroit puis ombrage la cible

Une stature nonne ténébreuse exhale

 

En sa torsion de sirène aimable, l'ortie,

Par d'impertinentes squames, ultimes cas,

Put sourire à l'instant ou le cœur amorti

Ne renseigne que son, le partisan traqua.

 

L'arc noir. Ainsi la parure virale

Née emprunt de vertige et réticente à tort

Debout, là, enclin ; il retournait le tore

Et le temps de céder au déclin vespéral

 

Qu'il décrit - de souffleter le sirop primaire

Bifurquées à l'impair en sont-ils démits

L'Un pourtour, un roché en la substance claire

Dansez, faux manoir, l'altération n'envie.

 

Porté tout de suite quand des suites rompues

Dahlia rance évaporé en brumes lascives

Chez qui imposa d'apport interrompu

Une borne à l'infini, tribale et nocive ;

 

Quand un homme fidèle, compagnon c'était

Dont l'amertume râle jusqu'issu ( stellaire,

Tu rougissais de n'être ) qu'en lice serait

Bas le royaume enfant, haut l’empire adversaire.

 

Depuis non, ne se blesse l'épine, honte rage

Davantage, ni moins qu'une gorge formée

A la voix indifféremment mais tant arquée

Que l'esquisse surnommait le nombre d'adages.

 

Existât-il moins que ces flammes ne dirent

Qu'hallucinations éparses d'agonies sues

Commençât-il et cessât-il à tendre pire

Sourdant que nié et clos quand apparu

 

Où La manie scellée par un enfin fertile

Par quelque profusion répandue, en rare

Royaume, formé dessein, se chiffrât-il

Évidence la somme pour peu qu'une part

 

Or qu'illuminat-il, sinon l'arche reine

Le goût de nos mains l'opportun le hasard ;

Et l'un choit, blonde fin, ce roi né de l'étrenne

Versé de sa plume crédible et notoire

 

L'arythmique suspens du sinistre n'écime

Qu'un pan, à vos yeux, montrez s'ensevelir,

Aux écumes originelles l’un rejaillirent

Naguères sursautant son délire une cime

 

Plus loin ; ils ne voyaient fleurir flétrie

Par la neutralité identique du gouffre

L'embouchure et le souffle que rien n'a soumis

De la mémorable crise estompe le soufre.

 

Le miracle redoute l'atteinte où se fit

L'acrobate une anse ; l'événement sombre

Car accompli en vue de tout résultat, nie

Le domaine du temps que chaque humain dénombre.

 

La fortune N'aura eu lieu d'autant le clin

(Une ordinaire verse l'absence qu'intacte

Il nous prie d'inverser) que le lieu en écrin

Le clapotis quelconque pour disperser l'acte.

 

Un point abruptement, qui sinon n'embellit

Par son mensonge rare le prince ou le fer

L'émoi eût fondé quand partant d'une enfer

L'âcre guérison, vers, la perdition s'éprit.

 

En fin de ces parages que nulle ne voue

Aux mirages du vague et d'un ton céleste, Un,

Car en quoi toute réalité se dissout

Notre dogme ne voit excepté son destin.

 

A l'altitude pleine, bienvenue, aidée

Qu'un peut-être fertile ne contemple aux torts

Il pensait aussi loin qu'un endroit condamné

Achevait la confusion au-delà du sort.

 

Quand Hors l'intérêt de ce rigide voile

Et du vestige froid quant à lui signalé

Par l'infertile salve émise en général

Selon telle obliquité - par déclivité

 

Son ombre apparaissait de feux en la lucarne

Cette toile vers accommodée des batailles

Puissant ce doit être le trouble et l'entaille

Le septentrion, aussi Nord, que peu n'incarnent.

 

Quand méprisant de l'Une, constellation sage

Sein froide d'oubli et de désuétude

Que ne bouge pas tant mais où daigne l'hommage

Reffrayée qu'elle n'énumère l'étude

 

Dès qu'en quelque surface, vacant supérieur,

Notre dogme ravage le heurt successif,

Mais l'étire et puis sidéralement l'effleure

Quand d'un compte total en formation passif

 

Si veillant que l'or noir ne penche et diffère,

Ou qu'il monte, doutant de l'étreinte et du fer,

Or, ils ne virent que, car, roulant emportés

 

Où le nimbe brillant et méditant consacre

Ses pairs et sa pension avant de s'arrêter

Carcérale à quelque point dernier qui le sacre

 

Elle, toute pansée, émet un coup de dés.